logo Programme Alpha B Coeurs à lire devient programmealphab

 
Prochainement le nouveau guide Tous Bénévoles
 
"Guide de la médiation culturelle dans le champ social"
 
 
 

Contexte

 

Tous Bénévoles et son Programme AlphaB accompagnent quotidiennement des associations et des bénévoles dans leurs missions.

Cette proximité avec les structures associatives nous permet d'entendre les difficultés rencontrées par les acteurs de terrain. Tous Bénévoles a ainsi demandé à l'équipe Programme AlphaB de piloter la création d'une collection de guides pratiques, aujourd'hui constituée de 5 titres :

 

Ces guides sont réalisés collectivement avec à chaque fois une vingtaine d'acteurs de terrain. Au cours de réunions régulières, nous échangeons et rédigeons ce qui devient ensuite un guide! Kit de formation complet et trousse à outils quotidienne pour tous les intervenants, ces guides synthétisent et mutualisent les bonnes pratiques associatives et apportent des réponses à des questions concrètes des bénévoles : repères, exemples d’activités, pédagogies. Ces guides formatifs sont aussi complétés par de riches annexes : adresses de partenaires, références bibliographiques ressources pédagogiques diverses, etc.

 

C'est dans ce cadre que nous élaborons aujourd'hui un nouveau guide : "Guide de la médiation culturelle dans le champ social".

Pour ce guide, en plus d'un groupe de 20 personnes issues des champs culturel et social, nous avons demandé à l'association Cultures du coeur de se joindre à nous pour nous faire part de son expérience. Cette association est engagée, depuis 15 ans, dans la formation à la médiation culturelle des acteurs du champ social.

 

 

Qu'est-ce que que la médiation culturelle ?

 

Vaste sujet! Il nous a fallu une longue réunion pour se mettre d'accord et trouver une approche de la médiation culturelle qui convienne à chacun.

Ce que nous en avons retenu c'est que la médiation culturelle est avant tout une posture, une posture qui permet de faire le lien entre une personne, ou un groupe de personnes, et un objet ou un lieu culturel.

La personne qui se lance dans la médiation joue ainsi le rôle de passerelle entre deux mondes qui se frôlent, s'ignorent ou parfois même s'évitent. L'enjeux est de les rendre familier, de leur permettre de s'apprivoiser, afin de vivre ensemble tout simplement.

La médiation culturelle ne renvoie pas uniquement à la culture institutionnelle, mais aussi aux formes artistiques spontanées ou encore à la simple possibilité de mettre en dialogue différentes cultures. C'est également donner à l'Autre les repères nécessaires à la compréhension de la société dans laquelle il vit (philosophie, Histoire, sociologie, etc.)

 

 

 

A qui s'adresse ce guide ?

 

Il s'adresse aux salariés ou bénévoles qui accompagnent des personnes en situation d'exclusion ou d'isolement, notamment:

  • Les jeunes à partir de 16 ans (en situation de décrochage scolaire et en difficulté d’insertion professionnelle),

  • Les migrants (en situation de précarité sociale et linguistique),

  • Les personnes en situation d'illettrisme,

  • Les personnes en situation de grande précarité.

Des personnes pour qui il est d'autant plus difficile de franchir le seuil des institutions culturelles : théâtre, musées, concert, mais aussi jardin, quartier, etc.

Ce guide s'adresse à des personnes qui n'ont pas vocation à être médiateur, mais qui voient en la médiation culturelle un nouvel outil pour mener à bien leur mission. C'est le cas par exemple de Martine, de l'association Aurore, qui accueille des personnes sans domicile fixe et qui leur permet de vivre des moments de plaisir via de nombreuses sorties. C'est aussi le cas de Chantal, de l'association le Centre Alpha Choisy, qui donne des cours de français et se sert de la médiation culturelle comme d'un support d'apprentissage à la fois de la langue, mais aussi du patrimoine environnant.

 

 

 

Pourquoi aider les publics à sortir de l'isolement par la culture ?

 

Le 29 juillet 1998, l'article 140 de la loi d'orientation relative à la lutte contre les exclusions fait de l'accès de tous à la culture, à la pratique sportive, aux vacances et aux loisirs, un "objectif national". Le 1er octobre 2009, Frédéric Mitterrand présentait le budget 2010 du ministère de la culture et de la communication et rappelait la volonté du ministère d’apporter une attention particulière au rôle de la culture dans l’insertion sociale des personnes en grande exclusion et annonçait l’engagement du ministère dans l’ « année européenne de lutte contre la pauvreté et la grande exclusion ».

 

Dans ce cadre, le ministère a soutenu des actions visant les objectifs suivants :

  • favoriser l’accès à la culture des populations les plus éloignées de l’offre et de la pratique culturelles pour des raisons sociales, économiques, territoriales ;
  • développer, renforcer et pérenniser une offre artistique et culturelle diversifiée et d’excellence ;
  • valoriser la diversité des cultures et des modes d’expressions dans un souci de dialogue interculturel ;
  • structurer les partenariats entre les différents acteurs, former les médiateurs et les acteurs sociaux et associatifs de la culture ;
  • faire évoluer les représentations.

 

Malgré tout, l'objectif de l'Etat de démocratiser l'accès à la culture au profit des personnes les plus démunies n'est pas encore atteint. Un grand nombre de personnes sont exclues du champ culturel pour diverses raisons : offre territoriale, mobilité, isolement social, précarité, exclusion, etc.

 

Que ce soit la Mission d'information sur la pauvreté et l'exclusion sociale en Ile-de-France (MIPES), la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (FNARS), l'Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire (INJEP) ou encore l'association Cultures du cœur, le constat est le même : la culture et la pratique culturelle sont marquées d'une "domination symbolique" liée à une culture dite "légitime", renvoyant de fait à une hiérarchisation des cultures. L'existence d'une culture "légitime" s'accompagne, chez certains publics, d'un phénomène d'autocensure. Pour que la démocratisation soit réellement effective, les lieux culturels doivent certes être accessibles à tous, mais plus encore, proposer un accompagnement et une médiation culturelle adaptés à la diversité des publics.

 

La culture est essentielle au développement de toute personne et de toute société, car elle permet de s'approprier et d'influer sur son environnement local. Elle permet de transformer le vécu quotidien et de dessiner les éléments significatifs d'un monde commun, (Christophe Premat - 2008).

En ce sens, la culture devient un levier d'insertion sociale, car elle favorise la compréhension de l'Autre et le vivre ensemble permettant de faire société.

 

 

 

Qu'est-ce que la culture peut apporter dans la vie de ces personnes ?

 

La culture est une expérience personnelle qui résonne en chacun en fonction de son parcours et de son vécu, mais dans tous les cas elle est pleine de bénéfices pour tous :

  • L’ouverture aux autres : la découverte de nouvelles cultures et l’enrichissement de la culture personnelle (connaissance de la nature, des œuvres, de l’architecture, du patrimoine, de l’histoire, des traditions, etc.)

  • L’acquisition de compétences sociales : apprentissage des conventions et des codes socioculturels, de l’autonomie et de l’initiative.

  • Le développement personnel : l’expression de soi, la formation du jugement, l’éveil du sens critique, du goût et de la sensibilité, l’émergence d’une parole personnelle, la réactivation de l’imaginaire, la prise d’autonomie, la confiance en soi.

  • Le plaisir, la motivation et la socialisation.

  • Un support d’apprentissage : utiliser la culture comme moyen de comprendre le monde et de le décrypter; libérer l’oralité pour les personnes ne maîtrisant pas la langue et découvrir d’autres visions du monde…

  • Donner envie d’être acteur de culture :

> en fréquentant les lieux culturels,

> en s’appuyant sur des projets culturels au sein de l’association,

> en s’appuyant sur la culture des publics (interculturel).

 

 

Que trouvera-t-on dans ce guide ?

  • Des clés de médiation pour lever les freins à l’accès à la culture, en particulier l’autocensure que s’impose un grand nombre de personnes dans la crainte de ne pas maitriser les codes sociaux et culturels en vigueur dans les différents lieux ;

  • Des partenaires culturels ;

  • Des illustrations d'actions diverses et variées ;

  • Des pistes sur les liens à nouer entre culture et apprentissage /insertion sur son territoire ;

  • Des outils pour se former à la médiation culturelle ;

  • Des conseils pour monter une sortie ou un projet ;

  • Des astuces pour encourager la participation des personnes ;

  • Des recommandations pour adopter une posture adéquate ;

  • Des idées d'ateliers artistiques ;

  • Des témoignages, des photos et beaucoup de ressources!

Et bien d'autres clés de médiation encore !

 

 

Quand pourrons-nous le lire ?

 

Bientôt, bientôt... disons en janvier 2016...

Chaque guide demande un travail de 18 mois : un long travail de concertation, réunion et pêche aux témoignages !

Nous ne manquerons pas de vous informer de l'avancée de ce projet !

 

Vous pouvez notamment suivre les prochaines étapes sur notre page Facebook et sur Twitter #GMC